Concours 555

Concours 555

Le 555 en bref.
 


Le participant devra, au moyen de son modèle à motorisation électrique, faire effectuer un vol plané de 300 secondes dans un laps de temps de 360 secondes.
​Pendant les 60 premières secondes, le participant gèrera son moteur comme il le veut pour atteindre la hauteur maximale de 200 mètres (maximum contrôler par un altimètre).
Un maximum de 300 points sera attribué après un vol plané de 300 secondes maximum et  un atterrissage  dans un rayon  de 10 mètres de la cible donnera 100 points supplémentaires en cas d'atterrissage sur la cible ces 100 points seront dégressifs par pas de 2 tous les X cm.
La manche complète comprend 3 vols consécutifs avec le même modèle et la même batterie.
Les vols sont effectués dans l’espace aérien plafonné à 200 m.  Chaque pilote est obligé d’installer un altimètre dans son modèle, cet altimètre coupe le moteur automatiquement dès qu’une altitude de 200 est atteinte.
L’utilisation d’un système de  télémétrie n’est pas permise.  L’infraction à cette règle aura comme conséquence la disqualification du pilote.

















 


PART I : Modèle Club Terre Franche.

Du vent, du vent et encore du vent.

La quatrième manche du championnat 555 s’est déroulée le dimanche 25 juin sur le terrain du Modèle Club Terre Franche sur la commune de Chaumont-Gistoux.
Le nombre de pilotes inscrits était de 24.

Une présence remarquée était le vent de 4 à 5 beauforts, et celui-ci rendra le concours plutôt « Rock‘n Roll ».
Chaque atterrissage en dehors du rectangle de 80m X 20m serait noté comme un vol nul à zéro points.

Seulement 3 pilotes ont réalisé le sans faute en réalisant leurs 9 atterrissages dans ce fameux rectangle : Jan Timmermans, Chris Bauweraerts et Lysandre Dardenne.
Pas de Dimitri Michot, pourtant un des meilleures pilotes mais dont la légèreté de son BMI 555, l’empêchait de remonter le vent. Dimitri a ainsi collectionné deux zéros, mais cela n’a pas entamé sa bonne humeur.

Lysandre est un jeune pilote qui doit encore apprendre à consommer de la Bière de manière raisonnable.
Suite à un abus de ce breuvage il s’est trébuché avec pour résultat son bras gauche dans le plâtre, ce qui ne l’a pas empêché d’obtenir un très bon résultat.


 

La manche à air horizontale.
Dimitri Michot « hors-piste ».
Avec un seul bras cela va aussi.












 

Quelques personnages du petit monde du 555.

Willem Vandermeulen.

Parmi les participants à ce genre de concours, nous comptons parmi nous Willem Vandermeulen. Willem est certainement, avec ses 93 ans, le plus ancien modéliste de Belgique. Son âge ne l’empêche pas de venir participer, même par un vent de près de 30 km/h. Il réussit d’ailleurs encore des atterrissages « près du spot ». L’ami Willem était tellement content qu’il s’est offert une CHOUFFE pour l’occasion. Willem était instituteur de métier, ce qui l’a certainement aidé à transmettre son savoir faire à son petit-fils Jan Timmermans, qui a remporté le concours avec un planeur 2 axes !

   

 

Dimitri Michot.

Il y a aussi l’inévitable Dimitri Michot, qui après deux zéros a décidé de passer une journée complètement « Zen ». N’empêche que Dimitri est un fonceur et que quand il va pour un projet il y va à fond. C’est ainsi qu’il a commencé les drones de course, au début de l’année passée et qu’en fin d’année il en a assemblé une trentaine. Dimitri reste fidèle au 555 car cela lui permets de souffler un peu.



 

Buts, my name is Buts.

Olivier Buts, ainsi que les membres de son club Terre Franche ont commencé à participer au 555 il y a deux ans.
Avant le concours organisé par son club, il avait remporté son premier concours 555 sur le terrain des Dender Eagles. Cela ne lui est pas monté à la tête.
Au concours organisé par son club il était non seulement participant, mais également directeur de concours a.i. et le préposé au percolateur.

   




 

Le BMI 555 vs PHOENIX 2000.

Les spectateurs d’un concours 555 remarqueront très vite que 90% des participants utilisent deux modèles différents. Il s’agît du BMI 555 et du Phoenix 2000.
Le choix de ces planeurs vient du fait que la Brasserie d’Achouffe soutient cette formule, qui rassemble des pilotes avec des planeurs électriques dont le prix est des plus abordables.
A la fin de la saison, des caisses de Bières « CHOUFFE » pour une valeur de plus de 4 000 €, seront distribuées parmi les pilotes qui auront participé avec un BMI 555 ou avec un Phoenix 2000, selon une formule mise au point par le coordinateur du 555, Monsieur Paul Van Holle.
Au début peu de pilotes aimaient le Phoenix 2000 et cherchaient coûte que coûte un BMI encore en stock ici et là.
Cette année est en train de devenir l’année Phoenix 2000. Olivier Buts a d’ailleurs remporté son premier concours avec son Phoenix 2000 et l’équipe de DENDER EAGLES est actuellement en tête de la CHOUFFE CUP avec ce même modèle.
Donc, cher lecteur, si cela vous tente le Phoenix 2000 est le planeur « standard » du 555.
En remportant deux caisses de CHOUFFE votre planeur est amorti et vous ne mourrez pas de soif.


 

 






 


PART II : Hirondelles Modèle Club de Bastogne.


De 3 X 10 = 35,  via 3 X 5, à « 555 ».
 

Le dimanche 2 juillet c’est au tour du H.M.C.B. d’organiser un « 555 ». C’est un peu un retour aux sources car tout a commencé dans ce club.
D’abord avec une formule 3 X 10 = 35, crée au sein du club H.M.C.B. C’était l’époque où tout le monde utilisait encore des batteries NiMh. Quand les LiPo’s commençaient à faire leur apparition, la formule a été modifiée en 3 X 5 ou « 555 ».  Les anciens pourraient vous expliquer ces deux formules énigmatiques, il suffit de venir assister à un concours « 555 ».











 

Le toqué du « 555 ».

A leurs début, le 3 X 10 = 35 et le « 555 », il y a eu pas mal d’adaptation au règlement. Depuis 3 ans le règlement n’a plus été modifié en profondeur.
Par-contre,  ce qui est toujours resté inchangé, c’est qu’au H.M.C.B. on y mange très bien.
Le menu de ce dimanche 2 juillet : rôti de porc, en suffisance, avec 7 kg de champignons, sauce crème et moutarde,  frites et/ou croquettes, dessert + café.
Pour féliciter le chef A. Denys, Norbert Dewulf, membre du K.E.M.L. et critique culinaire, a remis un petit souvenir à notre « toqué du 555 ».

Les qualités de cuistot professionnel du président André Denys, diplômé de l’école hôtelière de La Panne, sont inversement proportionnelles à ses qualités de pilote.
Je crains ne pas avoir pas de dessert la prochaine fois.


 

  
 

    


André Denys est à tel point dévoué, qu’il tient avec un grand sourire, compagnie à Valentina,la copine de son co-équipier Jacques Vandeninden, quand ce dernier teste l’indestructibilité de son Phoenix 2000. Après une chute de +/- 200 m ce planeur a été retrouvé quasi intact dans les hautes herbes.

Un aileron était devenu introuvable. Jacques a donc pu participer la semaine suivante, avec le même planeur, sur le terrain de son club, le H.M.C.B.
Il est certain que le « 555 » actuel n’aurait pas vu le jour sans l’appui inconditionnel d’André Denys. Actuellement André peut compter sur un petit noyau de membres dévoués, seulement 6 personnes, mais qui ont réussi l'organisation de leur 555, à la satisfaction et la bonne humeur générales des participants.

 

Hugues – Jean-Louis – André – Christophe – Valentina – Jacques.


Les éoliennes tueuses de planeurs…


Le terrain des Hirondelles de Bastogne compte dans son voisinage quelques éoliennes tueuses de planeurs. C
ette année ces éoliennes n’ont pas fait de victime. Pourtant ces engins ne sont pas loin, ce qui donne lieu à quelques photos insolites.

 

   


 

Nicole et Jean-Claude Cherry, le couple du 555.


Qui connaît encore l’époque du RCD ? Il y a 35 ans, une catégorie de modélisme planeur RC était le RCD. Avec un fil de 150 m le « treuilleur » devait tirer le planeur de son équipier dans l’air. La hauteur ainsi atteint était bien moins haut que les 200 m du 555. Le temps de plané à réaliser était de 6 minutes. Cette épreuve était très populaire, on a même connu entre 70 et 80 participants. Parmi ces participants il y avait une petite délégation du modèle club Athus. Nicole et Jean-Claude Cherry étaient membre de ce club. Ils sont toujours présents dans des concours, maintenant au 555 et en durée ils sont encore très fort.
 

Jean-Claude et Nicole. 
Pierre-Louis, dit Pé-èL  
Enrique, dit Ricky.











  



 

Où est « l’esprit de St. Louis » ?


Une évolution que nous regrettons c’est la diminution de l’engouement pour le 555 de la part des membres du Spirit of St-Louis le club de Modave. Où dans le passée ce club était présent avec +/- 5 pilotes, il n’y en a plus que deux. Pourtant les pilotes représentant ce club se débrouillaient vraiment pas mal.
Les deux pilotes qui continuent de venir obtiennent pourtant de bons résultats. Pierre-Louis Burtin a remporté le 555 de Bastogne. Vu que son planeur n’est pas « 555 »-friendly, il participe pour les médailles du championnat de Belgique.
Enrique Maisse est l’autre participant du Spirit of St-Louis. Enrique pilote un Phoenix 2000 et il s’en sort pas mal. Au concours de Bastogne il a fait connaissance de « sifflet d’arbitre ». Ce sifflet retentit à la 360-ième seconde et si à ce moment un planeur est encore en mouvement, même au sol, alors le vol est nul. Enrique a très sportivement compris qu’il était trop tard et l’a bien pris. Bravo pour sa sportivité !
Selon une idée de notre coordinateur, le calcul d’attribution de cartons de CHOUFFE a été revu. C’est ainsi que Ricky remportera 9 cartons de cette Bière, si la saison « 555 » s’arrêtait maintenant. À  34 € le carton de CHOUFFE l'achat de son Phoenix 2000 est plus qu’amorti.



 

Et Philippe Constant…

Philippe Constant

Philippe Constant, qui fait son one-man-show pour son club de Bas-Oha, remporterait actuellement 5 cartons de CHOUFFE.
Mais Philippe à d’autres soucis pour l’instant.
Tous les participants au « 555 » présents à Bastogne ont signé une carte, faite par Christiane, l’épouse de Guido Coppens. Le petit mot de soutien sur la carte exprimait le souhait de pouvoir accueillir Philippe le plus vite possible parmi nous. Notre Directeur Sportif  V.M.L., son épouse, Leon Van Riet et son épouse Christine ont été salué Philippe sur leur chemin de retour. Philippe était très content de la visite et de la carte. Peut-être que nous reverrons Philippe au prochain concours « 555 » qui se déroulera le dimanche 30 juillet sur le terrain du club de MACAM, au lieu du club de Basse-Bodeux.